Y croire


Un article un peu plus personnel pour faire un point sur ce nouvel emploi.
















Je pose ici un petit bilan de cette nouvelle aventure en tant que free-lance.
Vous êtes nombreuses, à m'avoir demandée de vous tenir au courant alors je me permets ce poste.

Et puis, c'est pour moi aussi l'occasion d'établir mon bilan, vous le verrez surtout finalement sur mon ressenti.
 Ecrire mes pensées, mon journal. Poser les choses. 

Déjà 3 bonnes semaines que je fais ça! Oui oui! Le temps passe vite, phrase banale mais si vraie. C'est parfois arrangeant et parfois flippant ... le temps.
J'avais donc commencé en pointillés au mois d'aout avec les enfants encore en vacances avec moi , et puis les choses à la rentrée se sont accélérées.

Première semaine de septembre je vous avoue : une claque.
 Je me suis prise une grosse claque. Vous savez de celle vexante, où vous tenez bon en vous mordillant la lèvre. 
La même.
Violente.
Une semaine, où, sans savoir vraiment pourquoi j'étais triste et très stressée. Je ne sais pas, peut être la peur du vide, le manque des enfants de l'école, de l'agitation... je ne sais pas. Le manque d'assurance. La peur de rater.
Une partie de moi était comme triste et une autre soulagée.
Alors c'est vrai c'est le début, je ne croule pas sous les tonnes de dossiers et de clients, mais c'est quand même un chouette début. D'abord parce que mon travail d'écriture et de photos pour le Grand Comptoir me passionne, et puis il y a quelques projets à venir plutôt sympas concernant mon propre blog. Je ne sais pas j'ai eu un passage à vide. 
Inexplicable. 
J'ai donc entrepris de reprendre le sport, de lire à nouveau et m'octroyer des temps de pause sans culpabilité.
Car c'est un peu ça dont il s'agit. Pour moi un travail ça toujours été un truc contraignant, pas passionnant, et j'apprends désormais qu'on peux allier passion et travail. Qu'il n'y a donc pas de mal à être passionnée par son travail. 
Cela peut vous paraître idiot car des gens passionnés et investis dans leur entreprise il y en a  des tas ....mais jusqu'ici mes expériences avaient été douloureuses sur ce point. 
Alors être chez moi .....je me suis sentie coupable.
Heureusement, il y a les copines, free-lance ou pas, qui sont là ou au téléphone, qui boostent, qui conseillent. Cette bienveillance fait tant de bien.
 Là aussi, je m'octroie des déjeuners, pour ne pas m'enfermer dans une bulle, je me connais trop bien. 

Deuxième semaine, je me suis imposée une routine. Ce travail n'en a pas de routine et c'est d'ailleurs ce qui commence à me plaire. Mais j'ai quand même besoin de me faire un emploi de temps je suis comme ça. J'ai besoin d'une ligne de conduite. Pour ne pas me faire happer par mes peurs. J'ai besoin d'instaurer des rituels.
Du sport le matin, une bonne pause le midi, et être "vraiment" là quand je récupère mes enfants. Je ne veux plus passer à côté des miens. Le reste boulot.  Ce qui m'impose de stopper ma journée tôt, de travailler donc efficacement pendant ce temps, et reprendre parfois un peu même si mon coté rêveuse me rattrape souvent.


Passer le stade de la culpabilité. J'y travaille et j'y parviens, parce que petit à petit c'est la passion qui l'emporte. Quand je suis derrière l'objectif pour mon client, ou un partenariat, hop la magie opère je n'y pense plus. Je suis dedans. 
Un travail. Une passion.

Le plus étrange pour moi, qui manque de confiance en moi depuis des années c'est surtout d'agir seule. Je dois décider assez rapidement seule, agir efficacement seule. Et croyez moi, quand on a toujours vécu dans l'attente de l'approbation et la reconnaissance de l'autre c'est difficile comme exercice mais bénéfique.

J'apprends sur moi. 
Oui, comme tout le monde je regarde beaucoup trop ce que font les autres, je me compare, je doute et puis je finis par me dire que cela ne sert à rien. Pas plus tard que ce matin, tiens. 
Oui il y aura toujours mieux. Le but n'est pas là, de faire mieux , le but c'est faire ce que j'aime. De prendre ce temps pour m'écouter.
Faire confiance à mes intuitions, mes dons si j'ose le dire.
Avancer sur mon chemin et ne pas me retourner.
Y croire.
Y croire fort même si cela doit durer très peu de temps.

Alors on y va, on marche droit. 
Et les gamelles c'est pas grave.
Y croire.

Hélène





13 commentaires

  1. Merci pour ce partage à "coeur ouvert" Hélène! Et bravo d'oser ce changement pour plus de bonheur et d'authenticité! Dans tous les cas, ce choix sera certainement l'un des plus importants de votre vie, que vous ne regretterez pas, quoi qu'il arrive, car il vous mènera un peu plus chaque jour vers qui vous êtes vraiment 💛
    Virginie (IG:_mes_ptits_bonheurs_)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien en tout cas mon intention, merci d'avoir pris ce temps de lire...

      Supprimer
  2. Je me tape le dos de la main car je me compare à toi, je suis nulle pour écrire mes pensées, mais vraiment sincère ton texte encore une fois, rassurant et positif, alors merci ! PS : il faut remercier les chutes du passé car ce sont elles qui nous font changer et avancer ;) Lydie

    RépondreSupprimer
  3. Travailler à la maison est une chose qui peut s'avérer très complexe... pour toutes les raisons que tu cites et plein d'autres encore..et même si c'est ta passion...trouver son rythme, gérer sa culpabilité d'en faire trop quand les enfants sont là et pas assez dans ils sont absents. .je connais. :)
    Tu vis un changement de vie important, donne toi du temps :)bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c'est ça je suis souvent un peu trop pressée....

      Supprimer
  4. Tu as osé faire le grand saut dont j'ai envie mais que je ne me permets pas . Je te suis et t'admire sur Insta depuis quelques mois. Je suis également passée par un burnout pro en 2013 et j'ai rechuté en avril de cette année (je suis instit en Belgique). Avec mon médecin, on cherche des pistes ... J'ai plusieurs idées mais une trouille bleue de me lancer et, il faut bien l'avouer, la peur de lâcher un salaire fixe quand on on a 3 enfants à charge (dont deux à la fac) ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il faut sentir le moment, beaucoup d'éléments rentrent en compte. J'ai eu de la chance de trouver très vite un premier client, ce qui m'a encouragée à me lancer.

      Supprimer
  5. Bravo Hélène pour ton courage, et cette passion que tu as en toi et que tu partages... ça donne me donne des ailes pour trouver un job qui me plaise vraiment...
    MERCI à toi (et crois en toi, tu es une chouette personne ;-)
    Vanessa

    RépondreSupprimer
  6. Merci Hélène, tes mots résonnent en moi, et sont comme les pierres que j'entasse pour former la base de ma nouvelle vie pro....le méchant burn Out n'aura pas ma peau....je me souhaite autant de courage et encore beaucoup de patience pour ce chemin qui mène vers la Vraie vie <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non il ne faut pas laisser le burn out tout détruire!

      Supprimer
  7. Je découvre ton sympathique blog et je m'arrête ici. Ce bilan me touche...bravo de t!être lancée ! Je me reconnais dans tes doutes et tout ce que tu peux dire...je t'envie aussi d'avoir osé...j'avoue que dans la vie rêvée , j'aimerai être à mon compte....mais pour faire quoi? Et puis je n'ose pas.....
    Bon dimanche. Je souhaite que cela continue de marcher pour toi?
    Nathalie

    RépondreSupprimer

Je peux vous répondre dans les commentaires, pour suivre n'oubliez pas de cliquer sur "s'abonner aux e-mails" !
Sinon vous pouvez aussi m'écrire ici :
unpetitvillage@gmail.com
merci beaucoup ;)